Nous contacter

A.R.C.T

Avenue de France n°14

B.P 6702 Bujumbura Burundi

Tél : +257 22 255667

Fax: +257 22 24 28 32

E-Mail: info@arct.gov.bi

Appel gratuit: 151

 

      DG ARCT

Télésphore IRAMBONA

Général de Brigade

  1. Introduction

En date du 12 Octobre 2018, l’Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications (ARCT) a organisé une journée porte ouverte à l’occasion de la commémoration de ses 20 ans d’existence. Les activités marquant cette journée se sont déroulées dans les enceintes de l’ARCT.

2.Participation

Les activités de la Journée porte ouverte ont vu la participation de différentes personnalités. On citerait à titre d’exemple : Le Chef du cabinet Civil Adjoint du Président de la République qui a ouvert solennellement les activités de ladite journée, les Conseillers au sein de la 1ère et 2ème Vice-Présidence de la République, le Président du Conseil d’Administration de l’ARCT, le Secrétaire Permanent au Ministère des TIC, les anciens Directeurs Généraux de l’ARCT, les représentants des opérateurs télécoms et des Fournisseurs d’Accès Internet, les représentants de différents ministères et institutions publics, les représentants de différentes universités, les représentants des consommateurs TIC, etc. Les participants à cette journée étaient estimés à plus 150 personnes

3.Mot d’Accueil du Directeur Général

Comme s’était marqué sur le programme, après l’installation des invités et l’animation faites par les tambourinaires, le Directeur Général de l’ARCT a pris la parole pour accueillir les invités. Il leur a rappelé que l’objectif primordial de célébrer cette journée était de porter au public les réalisations opérées par l’Agence depuis sa création à nos jours. C’était aussi une occasion de s’auto évaluer pour analyser le passé, le présent et le futur du secteur des télécommunications afin de prendre des décisions conséquentes pour faire innover et évoluer les télécommunications.

Relatant de l’historique de l’ARCT, elle a été créée en 1997 par le Décret-loi N°1/011 du 04 Septembre 1997 portant dispositions organiques sur les télécommunications. Elle a été tour à tour sous tutelle de l’Etat-major, puis du Ministère des Transports, des Postes et des Télécommunications par le Décret N°100/138 du 30 décembre 2005. Actuellement, elle est sous la tutelle de la Présidence de la République par le Décret N°100/112 du 5 avril 2012 portant réorganisation et fonctionnement de l’ARCT. L’ARCT a perdu son autonomie financière et, est une entreprise publique à caractère doté de la personnalité juridique et patrimoine propre.

Du coté des partenaires, l’ARCT fait partie de plusieurs communautés du secteur de télécommunications dont notamment l’East African Communication Organisation, Union Internationale des Télécommunications (UIT), Union Africaine des Télécommunications (UAT-ATU), ARICEA, COMESA, SFM Technologies (de TUNISIE), l’ARNT du Maroc, l’Association GLICE BURUNDI.

Du point de vue de l’épanouissement de la société Burundaise, le DG a fait savoir que les TICS constituent la base solide du développement, de la fourniture et de l’utilisation des services de réseau. De ce fait, le courrier électronique a remplacé le courrier traditionnel dans le monde des affaires, l’utilisation du Web va au-delà de la diffusion de la publicité du papier ; les services de communications et de la téléphonie sur internet se développent plus rapidement que les communications filaires, les applications TIC (gouvernance électronique, commerce électronique, cyber-éducation, santé et cyber-environnement, la sécurité du pays, etc.), la fourniture de plusieurs services de base dans les zones rurales, sont considérées comme des facteurs de développement.

Pour clore son discours, le DG de l’ARCT a fait part de grands projets que l’ARCT veut implémenter dont notamment : la mise en place de la nouvelle loi sur les communications électroniques, la mise en œuvre du projet de la mise en place du réseau unique, la mise en place de la stratégie large bande au Burundi, la gestion des déchets des équipements électroniques et électriques, la mise en place d’un CIRT (Cyber Incident Response Team), etc. Le DG n’a pas manqué d’énumérer les entraves majeures que l’ARCT fait face. Il s’agit entre autre du manque d’équipements de contrôle des opérateurs pour éviter des différentes fuites, manque d’équipements de pointe pour mesurer la qualité de service et le bureau du siège de l’ARCT. 

L’intégralité du discours est accessible à www.arct.gov.bi/images/journeeporteouverte/ddg.pdf

 

Vue Partielle des Invités

  1. 1.Discours d’Ouverture du Chef du Cabinet Adjoint du Président de la République

Le 2nd discours a été prononcé par le Chef du Cabinet Civil Adjoint qui avait représenté la Présidence de la République. Elle a rappelé que les TIC, et tout particulièrement l’internet, constituent des outils de communication d’une singulière efficacité. Elle a fait savoir qu’aujourd’hui, plus personne ne questionne la place des TIC dans le quotidien de l’individu, de la société, de l’économie, de la géopolitique, etc. En effet, près de 50% de la population est dotée d’un téléphone portable. Le mobile est l’outil privilégié de communication et devient le premier canal transactionnel dans le monde.

Dans notre pays, le paiement mobile est en plein essor, favorisant ainsi l’inclusion financière, les échanges et le désenclavement des zones rurales.

La représentante de la Présidence a rappelé la volonté du Gouvernement dans la création d’un espace propice pour l’évolution des TIC. Elle a cité à titre d’exemple la détaxation dans l’importation des ordinateurs, des téléphones portables et autres matériels connexes, la suppression de la TVA sur les équipements informatiques et terminaux mobiles. C’est dans cette perspective que le gouvernement s’est doté des infrastructures de base, notamment la fibre optique, la construction de télé centres communautaires polyvalents, et cela pour accroitre la connexion du Burundi et des Burundais. L’intégralité du discours est accessible à www.arct.gov.bi/images/journeeporteouverte/dcc.pdf

Après ce discours, le public a eu droit à une visite guidée dans les différents services de l’ARCT.

Vue Partielle du site guidée dans les différents services de l’ARCT

  1. 1.Présentation des « réalisations, défis et perspectives de l’ARCT »

Après la visite guidée, le tour a été donnée au Directeur Technique de l’ARCT qui a fait une présentation sur les « réalisations, défis et perspectives de l’ARCT ».

 

 

Exposé du Directeur Technique de l’ARCT sur « Réalisations, Défis et Perspectives d’avenir de l’ARCT » 

Après avoir relaté les débuts de l’ARCT, le présentateur a rappelé que la réglementation (Instrument juridique, ayant valeur de loi, adopté par une autorité qui est habilitée en vertu d'une loi et qui prescrit des normes de conduite) et la régulation (action de déterminer ou de superviser les règles de conduit dans un domaine donné) sont les grands rôles essentiel qu’un régulateur des télécoms doit assurer.

Par des données statiques, le présentateur a montré l’évolution des TIC au Burundi. A titre d’exemple :

  • Le nombre décroissant des abonnées à la téléphonie fixe : 30 624 abonnés en 2010 contre 24 409 en 2017 ;
  • Le nombre croissant à l’abonnement mobile : 136 709 abonnés en 2005 contre 5 920 612 en 2017 ;
  • Le nombre croissant de la création d’emplois dans ce secteur : 1312 en 2012 contre 1380 en 2017 ;
  • Le passage de 14 employés de l’ARCT en 1998 à 59 en 2017.
  • La part de contribution du secteur des TIC dans le PIB qui est passé de 2.5% en 2009 à 3.5% en 2015 ;
  • Abordant les importantes réalisations de l’ARCT, le présentateur a cité entre autre :
  • La gestion rationnelle des fréquences ;
  • L’application des normes pour les équipements réseaux et terminaux de communications ;
  • La lutte contre la cybercriminalité ;
  • L’enregistrement des abonnés et la lutte contre la fraude ;
  • L’encadrement tarifaire et concurrence ;
  • La protection des consommateurs ;
  • Le renforcement des capacités des ressources humaines ;

Quant aux défis, il a évoqué à titre d’exemple :

  • Le manque de cadre légal et réglementaire ;
  • Le manque d’outils de contrôle technique ;
  • Le manque d’autonomie financière ;

En définitive, il a étalé au public les perspectives d’avenir qui sont :

  • La technologie 5G ;
  • L’intelligence Artificielle ;
  • Les Services Financiers Mobiles ;
  • 1.Animation du panel par quatre experts
  • Après l’exposé du Directeur Technique, les participants ont suivi un panel qui était animé par 4 experts de domaines différents.

Experts qui animaient le pannel

Les thèmes qui étaient sur la table du panel étaient : la stratégie large bande, le service universel, le commerce électronique ainsi que la régulation du secteur des télécoms.

Le Directeur Général de l’ARCT, paneliste du thème sur le service universel, a informé les participants que le Fond de Service Universel s’est déjà doté d’un plan d’action. Il a également mis l’accent sur les futurs apports du service universel qui sont entre autres la réduction de la fracture numérique dans le fond du pays. Quant au thème sur la stratégie large bande, le paneliste Déogratias BIZINDAVYI a plaidé pour que cette dernière soit adoptée par les deux chambres du parlement. Concernant le thème sur le commerce électronique, le paneliste Célestin BUKENE a informé les participants que même si les activités du commerce électronique sont une réalité au Burundi, la règlementation y relative reste toujours absente. De plus, la logistique qui intervient dans la livraison/envoie des produits achetés sur les plateformes d’e-commerce n’est pas encore effective au Burundi.

Il a tenu à encourager la population afin qu’elle change de mentalité et s’approprie les services et produits qui lui sont offerts via ces plateformes. Concernant le dernier thème en rapport avec la règlementation du secteur des TIC, le paneliste Léonidas NDAYAHUNDWA a rappelé qu’il n’y a pas de régulation sans réglementation. D’où la régulation et l’harmonisation du secteur des TIC passent par la mise à jour des textes règlementaires. Il a cité plusieurs textes pertinents qui ont été élaborés par l’ARCT et transmis à qui de droit mais qui n’ont pas trouvé suite favorable jusqu’à ce jour. Il a plaidé à ce que ces textes soient promulgués.

Après une série de questions réponses, des recommandations ont été formulées. Il s’agit de :

    Doter à l’ARCT un cadre légal et réglementaire mis à jour ;

    Doter à l’ARCT des outils modernes pour un contrôle technique efficace ;

    Doter à l’ARCT une autonomie financière pour mieux accomplir sa mission ;

    Adoption par le Gouvernement de la stratégie large bande ;

    Apporter un soutien de la part du Fond de Service Universel aux projets innovants surtout ceux de la jeunesse ;

    Promouvoir le commerce électronique à travers la conscientisation à son usage à la population ainsi qu’à la réduction des prix du côté des opérateurs

  1. 1.Certification des Directeurs Généraux ainsi que du personnel de l’ARCT

La journée porte ouverte a été une occasion de remise des certificats d’honneur des anciens Directeurs Généraux de l’ARCT.

Quelques employés se sont vu également décernés des certificats de fidélité au sein de l’ARCT

  •  
  • Les cérémonies qui avaient débutées à 9h30 se sont achevées par le partage d’un verre à partir de 15h00.